« L’homosexualité est un facteur de risque pour le VIH »

30 Mar

Par Nora Berra, Secrétaire d’État à la Santé lors d’une discussion au Sénat.

Publicités

3 Réponses to “« L’homosexualité est un facteur de risque pour le VIH »”

  1. stef 03/04/2011 à 12:04 #

    Ce qui est un facteur de risque c’est de ne pas se protéger. C’est tout. Il y a plus de risque pour un hétéro qui multiplie les partenaires sans utiliser de préservatif que pour un homo fidèle à son compagnon.
    Ce genre de discours est dangereux car il tend à faire croire que les hétéros ne sont pas vraiment concernés par le SIDA et exclus les homos du don du sang. J’avais d’ailleurs lu une histoire où un jeune c’est vu refusé le don à cause de son homosexualité alors qu’il était encore vierge !
    Ce n’est pas l’orientation sexuelle qu’ils faut prendre en compte pour évaluer un facteur de risque mais uniquement les comportements.

  2. Marc 26/05/2011 à 14:34 #

    Présenter les choses comme ça est un raccourci malheureux. Il y a cependant une réalité statistique indiscutable : En france 10% des homosexuels mâles ont le SIDA. Contre 0.5% pour la population globale. Faire de cette corrélation un argument pour un lien de cause à effet, c’est mal connaitre les statistiques.

    Exemple : les utilisateurs de crème solaire vivent plus longtemps. Vous en déduisez que la crème solaire fait vivre plus longtemps vous ? (En fait, les utilisateurs de crème solaire sont souvent des gens qui font attention à leur santé)

    En ce qui concerne les homosexuels, il y a des explications plausibles :
    – Dans les années 80 quand la maladie était mal connue, quelques hétérosexuels se protégeaient du SIDA sans le savoir en utilisant le préservatif en tant que moyen de contraception. Les homosexuels n’ayant pas besoin de contraception.
    – Encore maintenant, certains homosexuels ne se protègent pas pour les mêmes raisons absurdes que les hétéros qui ne se protègent pas : « On se connait bien toi et moi », « Je te jure que je l’ai pas » et « J’ai plus de capotes, on prend le risque ? »… Seulement comme il n’y a pas la peur d’une grossesse non désirée, on peut supposer qu’il est plus facile « d’oublier » de mettre le préservatif dans les rapports homosexuels mâles.

    En gros, le vrai facteur de risque c’est l’insouciance.

  3. Emmanuel 26/05/2011 à 14:59 #

    La formulation de Mme Berra est malheureuse, mais la réalité est que le VIH est beaucoup, beaucoup plus répandu parmi la population homosexuelle que parmi la population entière. Chercher à sensibiliser les homos à ce fait est plutôt salutaire, non ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :